Les lectures de Carmen

Le blog de la petite espagnole

Aucune vidéo n'a été insérée


Mon père, ma mère et Sheila (Eric Romand)

TGV Toulouse-Paris, 4 heures + arrêts intempestifs qui se prolongent. J'ai acheté le livre d'Eric Romand pour le voyage. Je sais, ce n'est pas un écrivain et s'il a été édité, c'est parce qu'il est Roman, le coiffeur des stars. D'ailleurs il est passé à la télé et Sheila est venue. Mais j'ai le choix entre les conversations ininterrompues (vraiment ininterrompues) de mes deux  voisines de compartiment et les souvenirs de Roman. 

Je choisis les souvenirs et il m'arrive... ce qui devait m'arriver, parce que je suis une grosse sentimentale: je dévore ces petits morceaux de vie.

Il y a Guy Lux à la télé, Sheila se marie avec Ringo et elle a d'immondes anglaises sur la tête, il y a un père qui se moque des pédés, un garçon de six ans qui fait pipi au lit, une mère qui fait ses vitres. On croirait un poème de Prévert.  Il y a des parents qui se disputent et divorcent, un bel adolescent qui fait rêver les filles, des sexes d'hommes qui font rêver l'adolescent, le père boit trop, le fils aime les garçons -mais d'où il sort celui-là?. 

Il y a des fleurs jetées sur une tombe, des mots jetés sur une feuille et qui finissent par faire un drôle de livre - des fragments, un poète a déjà fait ça il y a longtemps, je m'en souviens tout à coup: ça s'appelle Feuillets d'hypnos et c'est à mourir d'ennui, ou alors je n'ai rien compris. Je préfère ces feuillets-là, ces morceaux d'âme à ma portée.

Même s'il est le coiffeur des stars

Même s'il a été édité pour ça.

Et puis moi aussi, il y a longtemps (plus longtemps que celui-là), j'ai voulu chanter comme Sheila.