Les lectures de Carmen

Le blog de la petite espagnole


Un frère de trop, de Sébastien Theveny

—Doudou ? Qu’est-ce que je te sers ?

—Un petit verre de Bordeaux, please !

—Et pour Pierrot ?

—Je pense qu’il va vouloir son petit verre de whisky. Tu sais bien que la liqueur ambrée, c’est son péché mignon.

 

Peut-on rester une famille unie quand un auteur malin s’amuse à compliquer votre existence ? La réponse est oui.

Oui parce que Charles Lacassagne, milliardaire niçois (clinique, complexe hôtelier, spéculations en tous genres) aime sa femme, qui aime ses enfants (Pierre-Hugues, Edouard, Marie-Caroline et l’adorable Lilie-qui-a-un-problème) : l’amour ordinaire s’est invité dans le roman à suspense et ces bons sentiments fonctionnent ici comme une garniture fragile -qui sait ce que Sébastien Theveny va en faire ?

A l’intérieur de cet écrin se terrent bien sûr la jalousie, l’appât du gain, les infidélités, les mensonges –ingrédients nécessaires à toute bonne intrigue. Car c’est une bonne intrigue, qui fonctionne par rebonds, comme il se doit : vous irez de surprise en surprise et découvrirez que vous étiez loin de la vérité.

Bon, il y a aussi des dialogues pas toujours très naturels et quelques passages convenus:

Vous savez, la mer est redoutable et nul n’est invincible face à elle.

Oui, bof. Mais ce ne sont pas les effets de style qu’on recherche dans ce genre d’histoire. Et que l’auteur m’excuse, je suis une incorrigible littéraire.

 

Jérôme Bastaro, journaliste au New Business, a été engagé par Charles Lacassagne pour écrire l’histoire de sa vie. Ça tombe bien, il y a de la tragédie dans l’air : le fils aîné du milliardaire s’est noyé en mer, un 15 Juillet 1986 –il y a longtemps. Et ça tombe bien aussi pour le lecteur, puisque le jeune journaliste va mener l’enquête : qui a tué Pierre-Hugues Lacassagne, ce jeune héritier trop riche, trop beau, trop arrogant, trop adulé ?

Le mystère est total et Jérôme Bastaro s’adjoindra les services de Colombe, une jeune stagiaire.

On a toujours besoin d’une petite stagiaire avec soi, surtout quand on s’est éloigné d’une compagne insupportable. Et ces deux-là vous plairont, j’en suis sûre.

L’enquête vous rappellera au passage le Club des Cinq, si vous avez connu cette collection –en version adulte évidemment : il y a de l’énergie et de la légèreté dans ce tandem. Vous côtoierez aussi l’Américain Angel Sharpers (retenez bien ce nom), vous trouverez des Playmobil dans le salon et à une terrasse, vous entendrez quelques conversations douteuses.

Car l’argent n’attire pas les meilleurs d’entre nous.

Il y aura en prime des retours en arrière comme autant de petite lumières dans votre cerveau soigneusement embrumé par l’auteur.

Il y aura enfin un cirque, un bateau, une bouteille de Bourbon... et moi Dominique, déguisée en homme. Mais ne le répétez pas !